à la une

Collectif-alerte
Communiqué de presse du Collectif ALERTE : Ni expulsion ni sortie d’hébergement sans solution de relogement

Les associations membres du collectif Alerte de l’Hérault tirent la sonnette d’alarme : aujourd’hui à Montpellier, plus de 2 500 personnes vivent sans résidence stable. Ces personnes s’organisent comme elles peuvent : environ 800 vivent en bidonville, 1000 squattent des bâtiments inoccupés. Les autres sont à la rue ou hébergées chez les copains pour un temps. Et ça, ce n’est que Montpellier ! On rencontre les mêmes problématiques à Sète, Frontignan, Lunel ou Béziers.

bb-photo
Projet « scolarisation »

A partir des réflexions que partagent avec l’équipe d’ AREA les habitant·es des bidonvilles, et de ce que nous avons pu constater, nous avons cherché à analyser les raisons de ces difficultés vis-à-vis de l’école. Matérielles, psycho-sociales, sociologiques ou encore économiques, elles cristallisent l’ensemble des problématiques rencontrées par les familles vivant sur les bidonvilles et s’avèrent donc complexes à appréhender tant le champ des interactions est large.

image
Violences anti-Roms, indignation et appel à l’action

Nos associations et collectifs ont recueilli les témoignages de nombreuses personnes qui ont relaté les faits qui se sont déroulés ces derniers jours dans plusieurs villes d’Ile de France[1], et tout particulièrement dans la nuit du lundi 25 mars : descentes d’hommes armés dans les bidonvilles, menaces de mort ou d’incendie, coups de feu tirés sur les lieux de vie des personnes, agressions physiques.