AREA EST UNE ASSOCIATION BASÉE À MONTPELLIER
DONT L'OBJET EST LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS
SOCIALES ET L'EXCLUSION
ASSOCIATION RECHERCHE ÉDUCATION ACTION
AREA est une association basée à Montpellier
Dont l'objet est la lutte contre les inégalités sociales et l'exclusion
ASSOCIATION RECHERCHES ÉDUCATIONS ACTION
STUNNING WEBSITES & SHOPS.
LES BIDONVILLES
DES HABITATS DE BRIC ET DE BROC
LES PROFESSIONNELS ET BÉNÉVOLES D'AREA SE POSENT EN MÉDIATEURS ENTRE LA PERSONNE ACCOMPAGNÉE ET LES INSTITUTIONS
TRAVAIL
SOCIAL
RECHERCHES SOCIALES
L'ASSOCIATION AREA PORTE UN AXE D'EXPERTISE EN SCIENCE SOCIALES
A PROPOS

L’ Association Recherche Éducation Action est une association loi 1901 qui a pour objet la lutte contre les inégalités sociales et l’exclusion. Cet objet se décline à travers la réalisation d’actions concrètes en faveur de l’égalité des chances et une fonction d’expertise, notamment la réalisation d’études en sciences sociales.

Aujourd’hui AREA mène son projet sur les  bidonvilles :

  • Pilotage de l’observatoire départemental des bidonvilles de l’Hérault
  •  Accompagnement social global, dont médiation santé
  • Lutte contre les préjugés

L’équipe d’ AREA comprend 5 salariés et des bénévoles, membres de l’association, qui interviennent sur des actions ponctuelles ou plus régulières.

Dans le cadre de ses actions, AREA accorde une importance prépondérante aux principes suivants :

  • La libre adhésion. Chacun est libre d’adhérer, d’ignorer ou de refuser la relation proposée par l’association. Ce principe exprime la démarche « d’aller vers » en respectant le temps nécessaire à l’établissement d’une relation.
  • Favoriser la participation active des bénéficiaires : partir de la demande, impliquer les bénéficiaires dans la réalisation des actions. « Faire avec » et non « faire pour ».
  • L’objectif du travail social est le droit commun. Il s’agit notamment de prêter attention à ne pas dupliquer des dispositifs ou des actions préexistantes, mais à favoriser le partenariat avec des associations proposant des actions adaptées.
  • Bienveillance et confidentialité. Il s’agit de porter sur les personnes accompagnées , mais également les professionnels et les bénévoles, un regard compréhensif, sans jugement de valeur a priori, en souhaitant le bien être de la personne et en y veillant. La confidentialité permet l’élaboration d’une relation de confiance avec la personne accompagnée.
  • Égalité sociale et égalité hommes-femmes. L’association AREA a pour objet la lutte contre toutes les inégalités et notamment celles reposant l’origine des personnes, leur apparence physique, leur santé, leur orientation sexuelle, leur âge, leurs opinions politiques. Une vigilance particulière est accordée aux inégalités fondées sur l’origine sociale des personnes et leur genre.

Par ailleurs, AREA s’est engagée à une gestion financière rigoureuse , vérifiée par un organisme de contrôle externe. Les choix financiers sont fait en prenant en compte non seulement des coûts, mais aussi l’impact écologique éventuel.

Voir aussi : Pourquoi nous parlons de bidonvilles

Notre association a pour objet la lutte contre les inégalités sociales et l’exclusion. Cet objet se décline à travers la réalisation d’actions concrètes en faveur de l’égalité des chances et une fonction d’expertise, notamment la réalisation d’études en sciences sociales.

L’action d’AREA sur les bidonvilles s’envisage dans cette double perspective : une action de terrain de lutte contre l’exclusion prolongée par la réflexion en sciences sociales.

Télécharger : AREA_Rapport d’activité_ 2018

En 2017 le projet sur les représentations avait abouti à la création de deux outils important de déconstruction des représentations négatives : l’exposition « Du Bidonville à la ville – Exister, circuler, travailler », toujours disponible pour circuler, et l’étude menée en partenariat avec l’université Paul Valéry sur la perception des habitant·es des bidonvilles par les Montpelliérains.

En 2018, notre association s’est recentrée sur les enjeux internes. D’une part sur l’évaluation interne de notre travail, dont le résultat est présenté à la fin de ce rapport, d’autre part sur la structuration de la vie associative, notamment avec l’implication d’un nouveau Conseil d’Administration.

L’année 2017 est la deuxième année de l’action bidonvilles portée par AREA. Après une première année de construction du projet, 2017 a permis l’affirmation du choix des orientations construites par l’ensemble de l’équipe. Aux côtés des salarié·e·s, les bénévoles ont porté de nouveaux projets qui ont enrichi l’action : l’atelier socio-pédagogique et le cours de Français Langue Etrangère.

Téléchargement : AREA_Rapport d’activité_ 2017

L’axe étude et réflexion basée sur l’apport des sciences sociales, à l’origine du projet associatif d’AREA, a nourri deux projets parallèles. D’une part, l’exposition « Du Bidonville à la Ville – exister, circuler, travailler » réalisée avec le Centre d’Art La Fenêtre a permis de travailler à la déconstruction des préjugés. Ensuite, l’étude menée en partenariat avec l’université Paul Valéry sur la perception par les Montpelliérains et Montpelliéraines des habitant·e·s des bidonvilles a participé à la déconstruction du rejet dont ils et elles sont l’objet en démontrant l’impact considérable des politiques dans la stigmatisation. Un des enjeux de 2018 sera de diffuser ce travail de changement de regard et d’amener de nouveau apports à la réflexion.

Sur le terrain, le rapport de confiance construit avec les personnes accompagnées s’est ancré et à permis une consolidation du travail d’insertion. Si les résultats varient selon les sites, il faut noter la dynamique enclenchée sur le bidonville de Mas Rouge où près de 20 % des ménages accèdent à l’emploi. Cette dynamique a permis de toucher de nombreux domaines, notamment l’enfance. Le travail partenarial avec une nouvelle actrice, l’association d’éducation populaire I-PEICC Peuples et Culture, soutenu par la CAF, va permettre en 2018 de proposer aux enfants et adolescents une nouvelle ouverture.

Cependant le travail social est particulièrement difficile sur le site de Zénith 2, avec notamment des problématiques de santé lourdes. La complexité d’intervention sur ce site amène AREA à engager une nouvelle réflexion sur le projet de médiation santé. L’importance de l’intervention en santé est cruciale alors que le poste de médiatrice santé n’est toujours pas financé.

La reconnaissance des bénéficiaires, des partenaires associatifs et institutionnels, comme des financeurs, ne contrebalance pas l’insuffisance des moyens alloués à l’action auprès de nos concitoyens les plus défavorisés. L’enjeu de 2018 reste le renforcement et la pérennisation du travail social.

DERNIERS ARTICLES

L’annonce avait été faite en grande pompe en novembre 2017. Le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, ainsi que le maire et président de la métropole de Montpellier Philippe Saurel avaient déclaré transférer les habitants du bidonville de Celleneuve vers un « village de transition » dès le printemps 2018. Plus d’un an plus tard, ce « village », censé être équipé de plusieurs bungalows avec un accès à l’eau et l’électricité, est toujours un terrain vague. Pour les habitants du bidonville de Celleneuve, le sentiment d’abandon domine. En tout, plus de 800 personnes vivent dans ces constructions de bric et de broc en périphérie de la métropole. Cet forme d’habitat indigne a coûté la vie à un de ses occupants le 28 juin dernier, lors de l’épisode de canicule.

4 juillet 2019 En savoir plus

Du biffin à l’éco-recycleur.
Intervention d’AREA lors du colloque à Sciences po Paris le 4 et 5 juillet 2019 « Construire les politiques de lutte contre la pauvreté urbaine à partir du terrain ? « 

19 juin 2019 En savoir plus