Rapport d’activité 2017

L’année 2017 est la deuxième année de l’action bidonvilles portée par AREA. Après une première année de construction du projet, 2017 a permis l’affirmation du choix des orientations construites par l’ensemble de l’équipe. Aux côtés des salarié·e·s, les bénévoles ont porté de nouveaux projets qui ont enrichi l’action : l’atelier socio-pédagogique et le cours de Français Langue Etrangère.

Téléchargement : AREA_Rapport d’activité_ 2017

L’axe étude et réflexion basée sur l’apport des sciences sociales, à l’origine du projet associatif d’AREA, a nourri deux projets parallèles. D’une part, l’exposition « Du Bidonville à la Ville – exister, circuler, travailler » réalisée avec le Centre d’Art La Fenêtre a permis de travailler à la déconstruction des préjugés. Ensuite, l’étude menée en partenariat avec l’université Paul Valéry sur la perception par les Montpelliérains et Montpelliéraines des habitant·e·s des bidonvilles a participé à la déconstruction du rejet dont ils et elles sont l’objet en démontrant l’impact considérable des politiques dans la stigmatisation. Un des enjeux de 2018 sera de diffuser ce travail de changement de regard et d’amener de nouveau apports à la réflexion.

Sur le terrain, le rapport de confiance construit avec les personnes accompagnées s’est ancré et à permis une consolidation du travail d’insertion. Si les résultats varient selon les sites, il faut noter la dynamique enclenchée sur le bidonville de Mas Rouge où près de 20 % des ménages accèdent à l’emploi. Cette dynamique a permis de toucher de nombreux domaines, notamment l’enfance. Le travail partenarial avec une nouvelle actrice, l’association d’éducation populaire I-PEICC Peuples et Culture, soutenu par la CAF, va permettre en 2018 de proposer aux enfants et adolescents une nouvelle ouverture.

Cependant le travail social est particulièrement difficile sur le site de Zénith 2, avec notamment des problématiques de santé lourdes. La complexité d’intervention sur ce site amène AREA à engager une nouvelle réflexion sur le projet de médiation santé. L’importance de l’intervention en santé est cruciale alors que le poste de médiatrice santé n’est toujours pas financé.

La reconnaissance des bénéficiaires, des partenaires associatifs et institutionnels, comme des financeurs, ne contrebalance pas l’insuffisance des moyens alloués à l’action auprès de nos concitoyens les plus défavorisés. L’enjeu de 2018 reste le renforcement et la pérennisation du travail social.

 Flyer-Bidonville-PierresvivesAREA_Rapport d’activité_ 2017

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s